Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘elus’

Durant un an vos élus UNEF ont été force de propositions, de revendications et de mobilisations. Notre engagement au quotidien pour l’égalité des droits entre les étudiants et la  promotion de leur autonomie a encore fait ses preuves. Ce bilan de mandat vous propose de revenir sur les actions que nous avons menées comme sur nos propositions qui ont su rester fidèles à nos engagements. Bonne lecture !

Au niveau local, trois grands axes se dégagent de ce bilan de mandat : la lutte contre la sélection sociale, l’engagement pour l’autonomie des étudiants et contre la sélection, enfin, les questions pédagogiques.

Sélection sociale.

En proposant une réforme du concours:
L’examen d’entrée était porteur de biais sociaux importants : alors qu’un candidat issu d’une catégorie socioprofessionnelle défavorisée avait deux fois moins de chance de réussir qu’un candidat issu d’une catégorie favorisée, et qu’un un candidat parisien en avait 2,3 fois plus qu’un non-parisien, l’UNEF a obtenu grâce à la crédibilité de ses propositions et à vos signatures :
• L’organisation de l’examen d’entrée entre la fin des épreuves du Baccalauréat et les résultats afin de réduire l’influence des prépas d’été onéreuses et discriminantes.
• L’organisation des épreuves dans des campus délocalisés afin de réduire les coûts de déplacement pour les candidats.
• L’introduction d’une épreuve orale qui permet de diversifier les critères d’évaluation des candidats.
• Un rapprochement du contenu des épreuves de celui du Baccalauréat (Culture générale encadrée, un sujet d’histoire portant obligatoirement sur la période après 1945) afin de réduire l’influence des prépas à l’année.

En s’opposant à l’augmentation des frais d’inscription profondément injuste liée au projet « Sciences Po Objectif 2013 », l’UNEF a en contrepartie pu obtenir:
–  le gel des trois premières tranches de frais de scolarité pour les étudiants en Bachelor
–  la limitation du montant pour les étudiants hors-UE à non plus 9500 euros (Bachelor) et 13 000 euros (Master) mais 8500 et 12 000.
Mais surtout, en étant le seul syndicat à s’opposer à cette réforme, l’UNEF a su rester fidèle à ses principes comme à ses promesses. Cette augmentation va à l’encontre du principe d’autonomie de l’étudiant en indexant les frais sur les revenus des parents et en niant la situation des étudiants devenus indépendants. La réforme est d’autant plus scandaleuse que la hausse moyenne des frais s’élève à plus de 60%, et qu’elle institue une discrimination financière à l’encontre des étudiants étrangers non-européens, comme à l’encontre des étudiants en Master. Notons qu’un étudiant international boursier doit payer 12 000 euros aujourd’hui pour étudier à Sciences Po ! Sous couvert de justice sociale, cette réforme constitue ainsi une atteinte à la démocratisation de Sciences Po.

Autonomie et sélection

Pour pallier au manque d’information concernant l’orientation en Master et la sélection déguisée entre premier et second cycles, l’UNEF s’est battue pour que les étudiants puissent faire leurs choix d’orientation de manière libre et éclairée.
En Décembre, l’UNEF a obtenu l’accord de l’administration pour la mise en place au second semestre d’un Forum de l’orientation. Idée avancée par nos élus, ce forum permettra à tous les étudiants de deuxième année, quel que soit leur campus,  d’être informés des différents programmes de Master au cours d’une journée d’échange avec des professeurs et des élèves de toutes les filières.
Alors que chacun devrait pouvoir s’orienter dans le Master de son choix (Article 34 du règlement de la scolarité), l’UNEF a dû réagir au mois de Juillet 2009 afin que l’école de la Communication accueille 3 étudiants qui avaient été à l’origine  « recalés » par un processus de sélection déguisé et illégal.
Les « vacances » ont également été marquées par l’obtention d’un droit depuis longtemps revendiqué par l’UNEF pour les étudiants de Prep’ENA. Grâce à la mobilisation de l’UNEF, ils peuvent désormais bénéficier d’une bourse du CROUS, au même titre que tout autre étudiant.

Questions pédagogiques

L’UNEF milite pour une pédagogie renouvelée, innovante et diversifiée, qui laisse aux étudiants l’autonomie nécessaire pour devenir les acteurs principaux de leur scolarité.
Deux points essentiels ont marqué l’action de l’UNEF tout au long du mandat 2009 :
La réforme des langues, votée en mai 2009, consacrait déjà l’autonomie de l’étudiant devant sa formation, le développement des cours en tutorat et la réduction des effectifs en cours de langue. Néanmoins, insatisfaits de ce que nous avions pu obtenir, nous n’avons pas cessé de nous mobiliser et d’ouvrir des discussions sur ces questions. Dès la rentrée 2009-2010, nous avons ainsi obtenu l’accès facilité à la deuxième langue, et ce dès le niveau 3. Plus récemment, une pétition de 600 signatures nous a permis de négocier la gratuité de l’IELTS en master et la mise en place de critères assouplis pour les actuels M2, en ce qui concerne l’obtention ou non de leur diplôme en cas d’échec à la certification externe.
En réaction au remplacement de certains cours en présentiel par du e-learning et devant l’augmentation des effectifs de promo, il a semblé nécessaire à l’UNEF de rappeler le droit fondamental de tout étudiant à bénéficier d’une place en amphi. Grâce à la mobilisation des étudiants, animée et relayée par les militants et les élus UNEF, le syndicat a obtenu les premiers dédoublements d’amphis pour la rentrée 2009-2010. Les modules fondamentaux d’histoire, d’actualisation en institutions politiques et d’économie des étudiants de première année ont été concernés.

L’UNEF un syndicat National…

Concilier en permanence batailles nationales et revendications locales est fondamental pour l’UNEF,  les conditions d’études et de vie des étudiants pouvant être améliorées à toutes les échelles. Dès lors, l’UNEF, en plus de ses victoires à l’IEP, a obtenu des avancées nationales majeures.
• Septembre 2009 : Le gouvernement met fin aux stages hors-cursus qui permettaient aux entreprises de remplacer à bon compte des salariés en CDD ou CDI par de jeunes diplômés, alors précarisés puisque non-rémunérés. L’UNEF, pour la juste reconnaissance des diplômes, s’est félicitée de ce décret, complété depuis par l’obligation de rémunération des stages en cours de formation.
• Depuis 5 ans, l’UNEF revendique en chaque début d’année l’obtention d’un 10e mois de bourse. Cette revendication était plus que légitime : hausse continue du coût de la vie pour les étudiants (notamment avec le logement), mais surtout 70% des étudiants qui reprennent désormais les cours en Septembre. En Octobre 2009, N. Sarkozy annonce enfin la création d’un versement de  bourse supplémentaire au mois de Septembre. La persévérance et les pétitions ont encore fait leurs preuves.

… Efficace et au service des
étudiants !

Si l’UNEF est aujourd’hui la première force syndicale étudiante à Sciences Po  comme dans la majorité des universités en France, c’est parce  que, tout au long de l’année, ses militants se mobilisent au quotidien, toujours dans l’objectif d’être efficaces au service des étudiants.

En tant que syndicat, notre premier devoir est l’information. Parce qu’informer un étudiant de ses droits, c’est lui donner les moyens de les défendre, nous avons organisé dès le début de l’année des réunions de pré-rentrée sur tous les campus et édité le « guide de l’étudiant à Sciences Po ». Par notre lettre des élus bimensuelle, notre présence militante, notre site internet, nos réunions hebdomadaires etc. nous tenons quotidiennement les étudiants au courant de l’actualité de l’IEP.
Les élus UNEF, en plus de siéger assidument à tous les conseils, sont particulièrement actifs dans les commissions. Ainsi, l’UNEF étant majoritaire en Commission de Suivi Social comme en Commission d’exonération des frais d’inscription des doctorants, de nombreux étudiants, dont la  situation sociale ou financière était devenue difficile, ont obtenu un réajustement du montant de leurs frais de scolarité.
L’UNEF se charge d’organiser la solidarité entre les étudiants, notamment en mettant en place au début de l’année une Bourse aux Livres qui fut cette année un grand succès, puisque plus de 700 livres ont été échangés à prix réduits entre étudiants. Mais l’UNEF se bat aussi contre toutes les discriminations, et a pris part à l’organisation de la Journée de la femme, la Journée mondiale de lutte contre le SIDA et le Festival Etudiant Contre le Racisme à Sciences Po.

Qu’est-ce que l’UNEF ?

L’Union Nationale des Etudiants de France, première organisation étudiante, est le seul syndicat présent dans tous les établissements d’enseignement supérieur. Indépendante des partis politiques, des administrations comme des gouvernements, elle intervient pour informer, défendre, organiser la solidarité et représenter les étudiants quelle que soit leur filière ou leur origine. L’UNEF a aussi vocation à intervenir sur les sujets de société comme la lutte contre l’extrême droite ou les discriminations.

Read Full Post »

syndic

Lorsqu’à la Commission Paritaire, le projet de créditation de la vie associative, porté par Nouvelle Donne, nous a été soumis, nos 3 élus se sont prononcés contre. Allons plus loin: nos élus refuseront l’an prochain les crédits qui leurs seront offerts pour leur présence dans les Conseils.

La polémique fait rage, aussi nous parait-il temps de revenir sur ce débat. Sur le projet en lui-même, d’abord. Concrètement, les associations reconnues en début d’année devront déposer un dossier, avec le nom des membres actifs proposés (obligatoirement des membres “statutaires” du bureau, c’est à dire les présidents, vice présidents, secrétaires et trésoriers) pour les crédits, mais aussi des “objectifs”. Une Commission validera ces objectifs « ou demandera des corrections », puis en fin d’année, verra s’ils ont bien été atteints. En ce qui concerne les élus syndicaux, il faudra qu’ils soient présents à au moins 80% des conseils pour avoir les crédits.

Passons sur les accusations d’électoralisme qui n’intéressent personne: c’est sur le fond que nous trouvons cette reforme inutile, mal ficelée, voire néfaste.

Inutile, parce que la “rétribution” est de 2 crédits ECTS… c’est a dire insuffisante pour rattraper un cours que l’on n’aurait pas validé. Inutile, aussi, parce qu’elle ajoute des contraintes bureaucratiques lourdes sur les associations sans leur offrir plus de moyens, ce dont elles ont pourtant grand besoin (possibilités d’affichage plus importantes, portail internet commun, outils de coordination pour éviter les chevauchements entre plusieurs événements associatifs, local disposant de casiers, réservation de salles facilitées, extension des crénaux banalisés). En ce sens, il y a fort a parier que cette réforme sera un échec cuisant par rapport à l’un des buts qu’elle s’était fixée, à savoir inciter les étudiants à s’engager. D’autres problèmes structurels de la vie associative a Sciences Po – comme les doublons entre plusieurs associations (néfastes a leur dynamisme), la difficile articulation entre projets co, associations permanents et associations reconnue, ou encore la nécessité d’offrir d’avantage de formations comptables ou juridiques aux associations permanentes, afin que celles ci améliorent leur gestion et gagnent ainsi en autonomie vis à vis de la direction – sont ignorés par la réforme.

Cette réforme est en outre mal ficelée, parce qu’elle met en œuvre de nombreuses inégalités. Inégalité entre les membres “statutaires” et les militants actifs (pourtant très dynamiques dans certaines associations). Inégalité entre les étudiants qui s’engagent dans des associations reconnues a Sciences Po, et ceux qui s’engagent a l’extérieur, également.

En outre, nous jugeons cette reforme potentiellement néfaste parce qu’elle donne a l’administration un droit de regard sur la vie associative. Comment trouver des critères objectifs pour valider ou ne pas valider un engagement associatif? Les “objectifs” fixés en début d’année (à la définition desquels la direction se trouve d’ailleurs en position de participer via la Commission de Validation) peuvent paraitre faciles à identifier pour certaines associations: nombre de conférences organisées, de publications, etc. Pour d’autres, comme les associations d’aide aux devoirs a domicile, les associations religieuses ou autres, que choisir comme critère? Le nombre de gâteaux vendus en péniche? Comment quantifier et comparer des engagements forcément très différents? La marge d’appréciation laissée à la discrétion de la direction sera énorme, ce que nous refusons, car nous croyons fermement en l’autonomie de la sphère associative.

Pour finir, c’est aussi et surtout sur le terrain des principes que se fonde notre opposition a cette réforme. L’engagement personnel n’a pas à être rétribué. On s’engage pour défendre une cause, et ce geste est par nature désintéressé, gratuit. Le fait même se s’engager sans recevoir aucune contrepartie, c’est à dire de s’engager bénévolement, fait partie de la formation que procure le milieu associatif: savoir choisir entre une activité intéressée et une activité qui ne l’est pas, savoir partager son emploi du temps en fonction de cela, et parvenir à faire vivre harmonieusement ces deux activités

Cet engagement est valorisé de façon naturelle, pour les compétences et les savoir-faire qu’il nous apporte, toujours un point positif sur un CV: un jour ou l’autre l’expérience extrascolaire fera la différence, mais on ne s’engage pas pour valider une année!

Read Full Post »

Bonjour à tous !


Dans quelques jours auront lieu à Sciences Po les élections syndicales, qui vous permettront de renouveler les représentants étudiants dans les principaux Conseils de l’IEP, et à travers eux, de donner votre avis sur les grandes orientations de la politique de notre établissement.

Ces élections peuvent paraître vides de sens, inutiles. Pourtant, il vous suffit de regarder autour de vous pour réaliser à quel point le travail de vos syndicats peut changer votre quotidien, de la semaine de révision ou des assouplissements successifs de la politique des langues, à Sciences Po, à la carte Imagin’R en région parisienne, en passant par le CROUS et la Sécurité Sociale étudiante. C’est votre vie de tous les jours qui est en jeu, alors ne laissez pas les autres décider pour vous : votez ! Vous permettrez ainsi aux élus d’être forts, représentatifs, légitimes et de pouvoir s’imposer dans les discussions et les négociations à tous les niveaux.


Pour vous aider à faire votre choix en toute connaissance de cause, nous publions un compte-rendu de mandat (distribué par nos militants dès lundi et disponible sur ce site), qui retrace les prises de positions de nos élus en 2008. En effet, la transparence et la responsabilité nous paraissent être les qualités premières de bons élus étudiants- c’est d’ailleurs pourquoi nous publions tout au long de l’année une Lettre des élus (5 numéros durant cette mandature, tirés à plus de 3000 exemplaires chacun) afin de vous tenir au courant de l’actualité des Conseils à Sciences Po et vous rendre des comptes sur les positions que nous prennons en votre nom. Transparents, responsables, nos élus se sont également montrés combatifs, en s’appuyant sans cesse dans les négociations sur le rapport de force qu’ils avaient su mettre en place grâce aux pétitions et diverses mobilisations entreprises cette année. Nous sommes fiers, aujourd’hui, de vous présenter le résultat, notre bilan, alors bonne lecture, et bonne année !!


L’équipe de l’UNEF Sciences Po.


Contactez vos élus sortants: pour le Conseil de Direction, contactez Manon Aubry (manon.aubry@sciences-po.org). Pour la Commission Paritaire, contactez Alexandre Fleuret (alexandre.fleuret@sciences-po.org)

Read Full Post »