Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ecoles’

« D’ici à 2013, nous aurons 6 à 7 écoles« . Décidément, cet article de La Tribune nous en apprend, à tous, beaucoup ! (Dans son règne, Mgr. Descoings aurait-t-il oublié d’informer les institutions représentatives de Sciences Po ?) Sans pour autant trop de surprise car R. Descoings ne fait malheureusement que confirmer la tendance de ces dernières années, qui est à la transformation progressive des masters de Sciences Po en écoles (les écoles de la communication et de journalisme étant déjà mises en place.).

L’enjeu est double dans cette inflation d’écoles, car ces réformes portent à la fois le danger de la sélection et celui du manque de pluridisciplinarité.

admission_impossible_banner1

En effet, derrière la mise en place d’écoles spécifiques à la place des masters, se cache la sélection à l’entrée de celles-ci, le nombre de places étant limité (les promos à l’Ecole de Journalisme ne dépassent pas 30 personnes). La dernière newsletter de Sciences Po (destinée normalement aux 3A, mais sûrement a-t-on voulu avertir les 1ers cycles de ce qui les attendait…) sur le choix des masters le montre bien : si certains masters peuvent être choisis librement (aucune volonté pour le moment de limiter les effectifs en Finance & Stratégie…), d’autres nécessitent lettres de motivation, entretiens téléphoniques etc. Non seulement il existe une sélection drastique à l’entrée de Sciences Po, mais les étudiants sont de nouveau peu à peu choisis, trois ans plus tard, à l’entrée en master.

L’UNEF demande que tout étudiant admis à Sciences Po, en quelque année que ce soit, puisse choisir librement son master, mais aussi que soit possible toute forme de réorientation, afin de permettre aux étudiants qui le souhaitent de revenir sur leur décision. L’UNEF s’était déjà opposée à la création de l’école de journalisme sous sa forme hyper-sélective qui ne permettait pas à tous les étudiants de suivre cette formation, lui préférant un modèle accessible à tout le monde. La sélection à l’entrée de Sciences Po ne suffit-elle pas à la direction comme gage de « qualité » des étudiants ? Les arguments sur les débouchés ne tiennent pas, car ils sont justifiés uniquement par le très court terme : qui peut prévoir les besoins de l’économie dans cinq, dix, quinze ans ?

De la même manière, la direction invoque souvent une aide dans l’orientation, grâce à ces fameux entretiens téléphoniques « non contraignants ». Mais l’orientation devrait se préparer dès les 1ers cycles. C’est pourquoi l’UNEF milite pour la création d’un centre d’orientation, à même d’aiguiller les étudiants vers la bonne filière. Le choix d’orientation doit ainsi appartenir aux étudiants, informés dès les premiers cycles, et non à l’administration,à l’entrée du master.

Au-delà de la préoccupante question de la sélection, l’augmentation du nombre d’écoles et l’autonomie qu’elles développent vis-à-vis des autres filières, interroge la pluridisciplinarité, et le socle de culture fondamental des étudiants de Sciences Po. Le tronc commun en master a été d’ailleurs plusieurs  fois menacé, notamment en 2006 où l’UNEF avait obtenu sa diversification, tout en maintenant cet esprit de tronc commun (disciplines fondamentales et brassage des étudiants).

En définitive, nous rappelons à M. Descoings d’une part que les réformes de Sciences Po se discutent en premier lieu dans les instances représentatives de l’IEP et non dans les médias, d’autre part que nous refuserons la mise en place, par la double sélection en master, d’un diplôme à deux vitesses, formation d’excellence et filière « poubelle ».

Affaire à suivre donc!

Read Full Post »