Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘e-learning’

Une réforme tant attendue …

Echanges%20linguistiques

La question de l’enseignement des langues à l’IEP est, depuis longtemps, un sujet majeur d’insatisfaction des étudiants. L’UNEF s’est à maintes reprises faite le relais de ce mécontentement face au  système de « bi-classes », en vigueur jusqu’à l’an dernier, qui privait de LV2 les centaines d’étudiants n’ayant pas atteint le niveau C1 (niveau 4) en anglais ou dans une autre langue étrangère. Outre sa dimension restrictive et contraignante, l’enseignement des langues semblait, du fait d’une pédagogie peu efficace, peu à-même de faire progresser rapidement les étudiants.

Le contenu de la réforme initiale

La réforme votée au Conseil de Direction du 25 mai met en place plusieurs changements d’ampleur. Elle prévoyait de diviser par deux le temps de cours en présentiel des étudiants, (2h pour les niveaux de A1 à B2 (0 à 3), 1h au dessus). A également eu lieu une diversification des outils pédagogiques, avec l’accès de manière libre et facultative, au « blended english », logiciels en ligne. Ce travail personnel, n’est ni obligatoire ni contrôlé, mais fortement conseillé pour progresser.

La réforme consacre également la disparition des notes et de l’évaluation par le professeur d’anglais. Les étudiants ne seront  évalués qu’à la fin de leur 5e année, où il leur faudra justifier d’un niveau C1 (niveau 4) pour pouvoir être diplômés.  Cette certification pourra prendre la forme d’une TOEFL ou IELTS en cours de validité ou d’un examen organisé par Sciences Po, gratuit. Les crédits ECTS correspondant aux cours d’anglais seront donc accordés, de façon rétroactive, au moment de cette certification.

Cette réforme donne donc une plus grande liberté aux étudiants, qui pourront choisir de suivre ou non des cours d’anglais. Attention, une fois inscrits en anglais, l’assiduité en cours sera obligatoire, sur toute l’année (obligation de poursuivre au 2e semestre). Les étudiants pourront également choisir eux-même leur groupe de niveau (auto-évaluation).

Des avancées substantielles

Cette réforme constitue donc un progrès pour l’enseignement de l’anglais à Sciences Po. Outre le développement des outils informatiques, la réforme prévoit d’importants changements de méthodes pédagogiques : effectifs réduits (14 étudiants par classe au lieu de 17) permettant une interactivité accrue et place plus grande accordée au travail autonome de l’étudiant.

 Victoires récentes

L’UNEF, afin de sanctuariser ces avancées, a voté pour la réforme. Néanmoins elle ne nous satisfaisait pas pleinement en l’état et nous avons donc lancé une grande campagne de pétitions en fin d’année dernière, en portant les revendications suivantes : l’accès à une LV2 pour tous, ainsi qu’une augmentation du temps de cours présentiel (que la réforme initiale faisait passer de 2h à 1h seulement, pour les niveaux les plus élevés). Nos efforts et votre soutien ont porté leurs fruits en début d’année : l’UNEF a obtenu l’accès à la deuxième langue sans conditions à partir du niveau B2 (3), ainsi que le maintien de 2h d’anglais en présentiel jusqu’au niveau C1 (4). Pour vous inscrire en LV2, faites votre demande au secrétariat des langues (9 rue de la Chaise).

 

Une réforme imparfaite

Bien que l’accès à la LV2 soit facilité, il reste encore restreint. Les étudiants en niveaux 1 et 2 d’anglais doivent remplir des conditions particulières pour étudier une deuxième langue : étudier en campus délocalisé, choisir une langue « stratégique » ou maîtriser un niveau B2 (3) dans leur LV2. D’autre part, une fois le niveau 5 atteint, plus  aucun cours d’anglais n’est proposé. Les étudiants risquent donc de voir leur niveau stagner ou régresser. Ces restrictions relèvent d’une logique purement comptable et n’ont aucun fondement pédagogique.

Enfin, il semblerait que la direction souhaite instaurer un certificat de niveau B2 (ou niveau 3) comme condition pour obtenir le bachelor, le diplôme de fin de premier cycle. Si nous ne nous opposons pas au principe de l’évaluation du niveau, celui-ci ne doit pas servir de barrière à l’obtention du bachelor, ce que nous craignons dans un contexte d’accroissement de la sélection à l’entrée du master.

 

Un problème ?

Le premier semestre 2009/2010, transition entre les deux régimes d’enseignement des langues, connaît bien des flottements dans l’application de ces nouveaux principes. Si vous rencontrez des problèmes au moment de vos inscriptions en langues, n’hésitez pas à faire appel à l’UNEF, qui saura vous guider, vous conseiller et vous aider dans vos démarches pour faire respecter vos droits. Vous pouvez nous contacter par email (unef.sciencespo@gmail.com), au cours de nos permanences en Péniche, au local syndical (rue des St Pères, 3e étage), ou encore par téléphone (contactez Arnaud au 06 15 50 81 69).

 

Read Full Post »

Ca devient une habitude. A chaque fin d’année, on reparle de l’enseignement des langues à l’IEP. Cette année ne déroge pas à la règle : la direction cherche à mettre en place une réforme de fond, dont l’élaboration dure depuis le début de l’année.

Le temps en présentiel (en cours avec le professeur) passera de 2h à 1h. Dans le même temps, le nombre d’étudiants pas groupe doit diminuer, autour d’une quinzaine par conf’. Le professeur devrait simplement faire du « coaching », rester en retrait de la discussion qu’il ne ferait que lancer, laissant plus de liberté aux étudiants. A la fin du cours, il donnerait une liste de points de grammaire – des prescriptions – à travailler à chacun. Charge à l’étudiant de travailler ces éléments sur les logiciels du laboratoire de langues. En contrepartie, le laboratoire de langues serait développé et le nombre d’heures de tutorat fortement augmenté. Enfin, le système des niveaux de langues (de 1 à 5) serait remplacé. L’obtention du diplôme serait conditionnée par la certification d’un niveau minimal en anglais, le niveau C1, un standard européen équivalent à un score de 100 au TOEFL ou 7 à l’IELTS (entre les niveaux 3 et 4 actuels).

Cette réforme est justifiée par une enquête interne montrant que seuls 25% des étudiants sont satisfaits de leurs cours de langue. Cependant, une autre raison avancée par certains serait la volonté de faire des économies en diminuant le nombre de professeurs.

Depuis le début de l’année, toute l’équipe de l’UNEF Sciences-Po s’est mobilisée sur ce sujet. L’année dernière, à cette même date de l’année, l’UNEF lançait un grand sondage sur l’enseignement des langues. Forte de cette démarche et du nombre de personnes ayant répondu à cette enquète (près de 1 000 étudiants), l’UNEF a obtenu des premières avancées :

– Le projet initial prévoyait la remise en cause complète des cours en présentiel. Aujourd’hui, cette éventualité est écartée.

– L’idée d’extension du laboratoire de langues était très hypothétique.

Par la suite, devant certaines garanties obtenues, les élus UNEF ont voté en faveur des principes de cette réforme.

Ce vote favorable nous a permis de pérenniser les engagements de la direction, à savoir la diminution des effectifs, l’extension du laboratoire de langues et la certification gratuite. Cependant, l’UNEF a toujours estimé que ces avancées n’étaient en l’état pas suffisantes. C’est pourquoi nous considérons qu’il  est nécessaire d’obtenir davantage de garanties dans les modalités d’application de cette réforme.

Il demeure en effet certaines inquiétudes : une partie importante de l’enseignement reposera sur les logiciels que l’on pourra utiliser, autrement dit, moins de présentiel pour plus de elearning. Le coaching se ferait au détriment des cours de civilisation ou de débats, et au profit du bachotage de la grammaire et de l’orthographe. Cette tendance serait renforcée par l’obligation de résultat, qui risque de privilégier le « bachotage » pour la certification, aux véritables progrès. Tout cela sans compter que cette réforme ne donne toujours pas accès à la LV2, ce qui augmenterait pourtant fortement la qualité du diplôme.

Nous ne devons pas nous contenter d’une réforme a minima, nous pouvons et devons aller plus loin :

Ensemble, exigeons des garanties:

  • Pour l’accès à la LV2 pour tous, avec cours et logiciel
  • Pour l’extension du temps en présentiel de 1h à 1h30
  • Pour des effectifs réduits de 8 à 10 personnes

Signez donc la pétition de l’UNEF !

Retrouvez ici le tract sur les langues !

Retrouvez aussi notre tract sur les questions pedagogiques (langues, Bachelor, nouvelle architecture des cours proposée par nos élus à la direction.

Read Full Post »

La direction de Sciences Po, à l’occasion de la présentation du budget prévisionnel 2009, vient d’annoncer que les amphis de 1ere année seront dédoublés dès la prochaine rentrée. Cette solution, proposée et défendue par l’UNEF, apporte une réponse aux nombreux problèmes de place rencontrés par les 1ere année, notamment lors du cours d’économie de M. Wasmer. Ceci constitue pour l’UNEF une solution plus satisfaisante que le simple substitution du cours en amphi par un e- cours.

Ainsi, dès l’année prochaine, les cours auront lieu sur deux plages horaires, ce qui multipliera donc le nombre de places disponibles par deux. Chaque étudiant de première année aura donc l’assurance de trouver une place pour suivre ses enseignements en amphi tout en pouvant bénéficier par ailleurs des cours en ligne en supplément.

Ainsi, apres plusieurs semaines de mobilisation et plus de 500 signatures de notre pétition pour le dédoublement des amphis, la direction de Sciences Po a su entendre la revendication de l’UNEF et des étudiants: le e-learning en complément, pas en remplacement! Voila une solution tangible aux problèmes de place dans l’IEP, la preuve que l’action collective paye lorqu’il s’agit d’obtenir concrètement de meilleures conditions d’étude dans notre établissement!

Read Full Post »